CADDAC_logo-FULL-tagline-ENG
Menu
CADDAC_logo-FULL-ENG
Menu

À propos du CSTC

Au sujet du CSTC
Notre équipe
Mission, Vision & Valeurs
Assemblée générale annuelle
Histoire de CADDAC

Qui sommes-nous ?

Équipe

Juanita Beaudry

Directrice exécutive
Juanita a plus de 20 ans d'expérience de leadership dans les domaines des affaires, des ventes et du marketing. En tant que directrice exécutive, Juanita est engagée dans la mission du CSTC, qui consiste à améliorer la vie des personnes touchées par le TDAH à travers la sensibilisation, la défense des intérêts et l'éducation. Juanita travaille avec le CSTC depuis 2016 et est titulaire d'une maîtrise ès arts (M.A.) en politiques de santé de l’Université York. Juanita est passionnée par la défense des personnes et des familles touchées par la maladie mentale. Juanita est également soignante d'un enfant atteint d’un TDAH.

Christine Lynch

Gestionnaire de la collecte de fonds
Christine est défendeur de droit de la communauté, elle possède plus de 20 ans d'expérience variée et progressive en matière de collecte de fonds.  Son expérience couvre de nombreux domaines, notamment la philanthropie d'entreprise, les dons individuels et communautaires, le développement du bénévolat, la gestion des événements provinciaux et les dons des anciens élèves. Elle est une excellente gestionnaire des relations et possède de fantastiques compétences analytiques.  Christine s'est jointe à CADDAC en avril 2022 en tant que gestionnaire de la collecte de fonds.  En plus de sa vaste expérience dans le secteur sans but lucratif. Elle est titulaire d'un diplôme en éducation de la petite enfance. Christine a travaillé avec des enfants pour différents conseils scolaires, des organismes d'intégration communautaire et des garderies.  Elle a fait du bénévolat auprès de plusieurs organisations qui aident les enfants et leur apprentissage.   Christine s'est engagée à améliorer la compréhension du TDAH.

Annie Desrochers

Navigatrice de ressources TDAH
Annie est la navigatrice de ressources TDAH bilingue au CSTC.  Elle se consacre à fournir aux familles et aux personnes touchées par le TDAH des ressources pour les soutenir et les aider à améliorer leurs vies quotidiennes. Annie est mère de 4 enfants, tous atteints d'un TDAH et de troubles coexistants.  En tant qu’éducatrice de la petite enfance autorisée depuis 1989, elle a consacré sa vie professionnelle à aider les familles à trouver et à accéder aux ressources afin de leur offrir une vie plus saine et plus heureuse. Tout au long de sa carrière expérimentée, elle partage sa conviction qu’il faut tout un village pour élever un enfant.Veuillez cliquer ici les horaires et les informations de contact d'Annie.

Board of Directors

Katherine Curry

Présidente
Katherine est la mère d'un fils diagnostiqué très tôt avec un TDAH et un TOC. Par conséquent, ces dernières années, Katherine a consacré son temps à faire des recherches sur le TDAH et le TOC et à défendre avec succès les besoins de son fils auprès des commissions scolaires catholiques et publiques. Elle a fourni des conseils à cet égard à de nombreux parents d'enfants ayant reçu un diagnostic de TDAH et ayant rencontré des problèmes au sein du système scolaire. 

De plus, Katherine pratique le droit depuis 19 ans et est actuellement vice-présidente du contentieux et conformité pour le groupe Woodbine Entertainment. Katherine apporte au CSTC une expertise juridique et une grande expérience dans la défense des intérêts. Elle se consacre principalement à répondre aux besoins éducatifs et sociaux des enfants atteints d'un TDAH.

Karen MacMillan

Membre du conseil
Karen est titulaire d'un doctorat en psychologie de l‘orientation et travaille en Alberta comme psychologue agréé depuis 2003.  Elle a également travaillé comme chargée de cours à temps partiel à l’Université Mount Royal, l’Université Athabasca et l’Université de Calgary.  Elle est présentement co-directrice exécutive de la société de l’Académie Foothills, un établissement d'éducation spécialisée agréé à Calgary, qui forme les familles et les professionnels, en plus d’offrir un large éventail de services communautaires aux personnes atteintes de troubles d'apprentissage et de TDAH (tels que les évaluations psychopédagogiques, la coordination de programmes d'activités récréatives, le counseling et l’orthopédagogie individuel. Karen a deux filles, dont l'une a été diagnostiquée avec un TDAH.

Ekin Ober

Membre du conseil
Ekin est passionnée par la sensibilisation et la défense des organisations qui se consacrent à l'amélioration de la vie des personnes atteintes du TDAH, une mission qui lui tient très à cœur. Avant d’obtenir son JD/MBA, elle a obtenu son diplôme en psychologie et économie, en se concentrant sur le développement de l'enfant et les difficultés d'apprentissage. En plus de sa formation universitaire, son expérience personnelle a enrichi sa compréhension des différentes façons dont le TDAH peut avoir un impact social important sur la vie des individus, en provoquant des perturbations à l'école, au travail et dans les relations. Elle souhaite également faire partie du CSTC en tant que membre du conseil, car cela lui offre la possibilité de s'engager et de contribuer à sa communauté par le biais d'une organisation dont la mission s'aligne sur la sienne. Elle reconnaît le manque de ressources dont disposent les organismes de bienfaisance et estime que son expérience juridique, ainsi que ses connaissances financières, font d'elle une candidate idéale pour renforcer l'impact et la portée du CSTC.

Faeylne Templer

Secrétaire du conseil
Faelyne est une défenseuse passionnée de l'inclusion et de l'accessibilité ainsi que mère d'un fils neurodivers actuellement à l'école secondaire. L'expérience de Faelyne avec son fils dans le système éducatif l'a poussée à se joindre au CSTC et à travailler avec les parents, les étudiants et les alliés du TDAH à travers le Canada pour aider à déstigmatiser la neurodiversité et s'assurer que les besoins d'apprentissage de tous les enfants puissent être satisfaits à l'école.  Forte d'une expérience professionnelle de plus de 20 ans dans le domaine de l'apprentissage et du développement des adultes, de l'accessibilité et de la gestion des projets, Faelyne se concentre sur la fourniture d'informations et de soutien aux parents et aux enfants qui suivent un parcours similaire. Elle s'efforce également d'aider les principales parties prenantes à adopter des mesures d'adaptation scolaire et des solutions concrètes, qui aideront les élèves et les enseignants.

Lisa Paluzzi

Membre du conseil
Lisa est éducatrice ayant une maitrise en éducation avec mention en anglais et en éducation spécialisée avec plus de vingt ans d'expérience dans les écoles primaires et secondaires. Dans son rôle actuel de conseillère en ressources académiques, Lisa soutient, guide et défend les élèves ayant des besoins d'apprentissage divers. Son propre fils ayant été diagnostiqué avec un TDAH, elle est en mesure d'enseigner les principes fondamentaux pour naviguer dans le système scolaire. Lisa participe régulièrement au perfectionnement professionnel en mettant l'accent sur le TDAH, les difficultés d'apprentissage et la fonction exécutive, apportant ainsi des connaissances approfondies à son travail de défense des élèves.

Renée Belhumeur

Membre du conseil
Renée est directrice d'école au Conseil des écoles publiques de l’est depuis onze ans. Dans cette fonction, elle a dirigé ces écoles vers la mise en œuvre de plans d'amélioration scolaire, tout en instaurant des innovations technologiques et des programmes enrichis. Auparavant, elle a travaillé en tant qu'agente principale de rendement des élèves au Secrétariat de la littératie et de la numératie du ministère de l’Éducation. Dans ce cadre, elle a aidé les écoles et les conseils scolaires à travers la province à mettre en œuvre des stratégies efficaces d'amélioration des écoles et des élèves. Elle a également enseigné pendant dix-sept ans dans des écoles primaires. Actuellement, elle enseigne des cours du programme de qualification à la direction d’école à l'Association des directions et directions adjointes des écoles franco-ontariennes (ADFO). Renée a de l'expérience dans les conseils d'administration, ayant siégé a de nombreux conseils, tels que le conseil de l'Association des directions (ADFO), d’une garderie, du Winchester District Memorial Hospital (Hôpital de Winchester) et d’un centre Communautaire artistique. Elle a également siégé au Comité de participation des parents du Conseil des écoles catholiques de l’est de l’Ontario pendant quinze ans. Elle a été présidente du comité de la qualité de l’Hôpital de Winchester (WDMH) pendant deux ans. Elle est lauréate du prix Améthyste pour sa réalisation exceptionnelle en tant que fonctionnaire de l'Ontario.

Andre Brisson

Membre du conseil
Ingénieur, André a obtenu son diplôme en génie civil des structures à l'Université de Waterloo et est le président de la société d'ingénierie qu'il a fondée en 2007. Il a créé et fait prospérer deux jeunes entreprises d'ingénierie pour en faire des sociétés autogérées. Il a siégé à divers comités techniques nationaux en tant que membre ou président et respecte le principe du consensus.  André considère les obstacles comme de nouvelles opportunités qui attendent d'être découvertes. Il est un apprenant acharné et un observateur intuitif qui peut structurer des stratégies pour relever des défis là où d'autres ont abandonné de trouver la solution. André s'est toujours battu pour le droit d'être différent et unique : il veut que cela soit le cas pour tout le monde, surtout pour les enfants. Sa passion est d'aider les entrepreneurs, les adultes et les enfants à découvrir leurs talents et leurs forces pour développer leur propre voix et se défendre.  Il est un adulte récemment diagnostiqué avec un TDAH, mari et père de deux belles filles exceptionnelles et neurodiverses.

Whitney Goulstone

Vice-présidente
Whitney est actuellement directrice exécutive de Organisation Canadienne Des Personnes Immunodéficientes. Elle-même atteinte d'une maladie rare, elle travaille dans les domaines de la défense et de la santé depuis plus de dix ans. Whitney est active au sein de divers conseils d'administration et comités, en travaillant notamment aujourd'hui et dans le passé pour :  le groupe consultatif de travail sur l'approvisionnement en produits d’immunoglobuline, le Réseau des associations vouées aux troubles sanguins rares, le comité technique pour le sang et les produits sanguins de l’Association canadienne de normalisation, le comité EpLink de l’Institut ontarien du cerveau, Lignes directrices pour les soins de longue durée en matière d'épilepsie  pour le ministère de la Santé de l’Ontario et le Comité national de liaison de la Société canadienne du sang. Pour son travail de défense de l'épilepsie, Whitney a reçu un prix H.O.P.E. d'Epilepsy Toronto et de l’Hôpital Toronto Western en 2014. Elle a également reçu un prix de l'Organisation canadienne des maladies rares en tant que présidente du RAVTSR en 2017 pour son soutien et sa défense exceptionnels des patients.
Diplômée de l'Université McGill, Whitney vit présentement à Victoria, en Colombie-Britannique, avec son mari, ses deux enfants et son chien de refuge, où elle s'adonne à sa passion pour la nature et la création littéraire.

Kim Doel

Membre du conseil
Kim est une entrepreneure et activiste communautaire basée à Ottawa, avec une expérience dans la défense des jeunes, le développement organisationnel, la collecte de fonds et la gouvernance. Elle a dirigé de nombreuses organisations dans les secteurs caritatif et commercial. Elle les a aidés à redéfinir leur image de marque, à relever les défis organisationnels pour atteindre la stabilité financière, à développer une image publique positive et à réduire la rotation du personnel et du conseil d'administration. Son expérience d'avoir été diagnostiquée avec un TDAH à l'âge adulte lui a permis de mieux comprendre la nécessité de déstigmatiser le TDAH et de sensibiliser le public au diagnostic et au soutien des jeunes.

Nouvelle Mission

Nous améliorons la vie des Canadien(ne)s touché(e)s par le TDAH grâce à la sensibilisation, l'éducation et à la défense des intérêts.

Nouvelle Vision

Un Canada où les personnes atteintes d'un TDAH sont acceptées, comprises et soutenues.

Valeurs

Autonomisation — Fournir aux personnes touchées par le TDAH des outils et de l’information nécessaires pour défendre leurs intérêts afin d’atteindre leur potentiel est au cœur de tout ce que nous faisons.

Inclusion — Nous nous efforçons de créer un environnement accueillant, sans jugement, où chacun(ne) est entendu(e) et valorisé(e).

Impact — Faire une véritable différence dans la vie des personnes touchées par le TDAH est ce qui nous motive.

Leadership — Nous nous engageons à diriger la conversation nationale sur le TDAH et à améliorer des vies grâce à une expertise approfondie et à l'excellence dans tout ce que nous faisons.

Communication — Nous croyons qu'une communication ouverte et transparente est essentielle pour réaliser notre mission le plus efficacement possible et créer une culture interne positive.

Rapports annuels

Rapport annuel 2020

Rapport annuel 2019

Finances

Plan stratégique

Plan Stratégique 2021-2025

Comment CADDAC a pris naissance

En 1992, mon fils aîné a finalement reçu un diagnostic de TDAH à l'âge de 14 ans. Je dis finalement parce qu'il a fallu cinq professionnels sur une période de trois ans et demi et beaucoup de persévérance de ma part pour comprendre quel était le problème. Ce retard a entraîné une confusion, une frustration et une peur inutiles, ainsi qu'un étiquetage et des conséquences injustes pour nos enfants, et beaucoup de bouleversements et de chagrins inutiles pour toute la famille.

Pendant ces trois ans et demi, j'ai reçu tellement d'informations contradictoires de la part des "experts" que j'en avais la tête qui tournait. L'un disait qu'il avait le TDAH, l'autre qu'il ne l'avait pas. La plupart en sont venus à la conclusion que c'était notre faute en tant que parents parce qu'il ne se comportait pas comme un enfant à l'école et qu'il exprimait plutôt sa frustration à la maison. Un médecin d'une importante clinique hospitalière spécialisée dans le TDAH m'a même dit que notre fils ne pouvait pas souffrir de TDAH car il était un lecteur compétent. Il a également été suggéré que j'étais simplement une mère trop impliquée et la famille m'a carrément dit que je n'étais pas assez stricte et que je devais simplement appliquer davantage la ceinture.


Le problème, c'est que mon fils n'échouait pas à l'école. Il avait de bonnes notes, mais sa frustration et sa colère augmentaient de jour en jour. Il a fallu une évaluation psychopédagogique complète pour découvrir que sa douance compensait son TDAH et que son TDAH masquait sa douance, de sorte que les éducateurs n'étaient pas conscients des deux. Comme l'a expliqué son psychologue, notre enfant unique était suffisamment perspicace pour savoir que libérer sa frustration à l'école avait un coût énorme, mais tout comme un volcan, la pression devait être évacuée quelque part, et la maison semblait être l'alternative la plus sûre.


Ayant travaillé comme infirmière en psychiatrie, j'ai immédiatement commencé à lire tout ce qui me tombait sous la main une fois le diagnostic confirmé. À l'époque, la plupart des documents sur le TDAH étaient destinés aux professionnels de la santé. Heureusement, ma formation médicale en psychiatrie m'a permis de comprendre ces livres, mais ils m'ont laissée déprimée et sans grand espoir. J'ai commencé à me demander ce que faisaient les autres parents. Je me suis tournée vers la santé publique et tout autre organisme de santé susceptible d'offrir des ressources ou du soutien, mais j'ai vite été frustrée de ne trouver que peu d'aide. J'ai continué à lire et à chercher des informations, mais j'ai trouvé peu de choses.

Trouver du soutien

Trois mois plus tard, ma mère m'a appelé pour me dire qu'elle avait vu une brève mention dans notre journal local concernant une réunion pour les parents d'enfants atteints de TDAH à notre hôpital local. J'ai assisté à ce que j'ai découvert être leur toute première réunion, j'ai rencontré les quatre mères qui avaient organisé la réunion et j'ai immédiatement demandé comment je pouvais aider. J'avais découvert à mes dépens qu'il n'existait rien d'autre pour aider les parents qui traversaient cette épreuve. Mais je savais combien ces groupes pouvaient être utiles, grâce à mon expérience dans la création d'un groupe local pour le bien-être mental des nouvelles mères après la naissance de mon deuxième enfant. Au cours de la décennie suivante, ce groupe m'a apporté le soutien et la compréhension dont j'avais besoin et m'a conduit vers un objectif et une passion pour la vie.

Au cours des deux années suivantes, mes deux autres fils ont également été diagnostiqués comme souffrant de TDAH et de surdouance, mais l'un d'entre eux avait des difficultés d'apprentissage et l'autre était anxieux. Il est également devenu très évident que leur père, mon mari, souffrait lui aussi de TDAH.

Les écoles sont devenues la prochaine difficulté. Mon plus jeune avait besoin d'un soutien qui n'était pas très présent et mon fils cadet était très malmené. Une fois de plus, il s'est avéré que seuls ceux qui avaient une expérience familiale semblaient comprendre. Il a fallu près de deux ans et un enseignant dont le propre fils souffrait de TDAH pour que les brimades cessent. L'école n'a jamais été capable d'y faire face efficacement. Au cours des années suivantes, il est devenu évident que la plupart des éducateurs ne comprenaient pas mes enfants, ni le système éducatif dans son ensemble. J'ai découvert qu'en Ontario, le ministère de l'Éducation ne reconnaissait pas le TDAH comme un risque pour l'apprentissage, de sorte que peu de soutien supplémentaire était disponible.

Nous avons également passé la décennie suivante à essayer tout ce qui était suggéré par les "experts" médicaux, les médicaments, les régimes, le neurofeedback et la gestion spécialisée du comportement. Les cours généraux d'éducation des enfants n'ont fait qu'empirer les choses. Les médicaments et la gestion spécialisée du comportement ont aidé, mais après des années sans diagnostic, cela a pris du temps.

J'ai eu la chance que ma situation me permette de diriger conjointement puis individuellement ce groupe local de soutien aux parents souffrant de TDAH, l'ADRN (Réseau de ressources sur le déficit de l'attention), pendant les onze premières années qui ont suivi l'établissement de notre diagnostic. L'ADRN était l'un des deux groupes dans le sud de l'Ontario spécifiquement destinés à soutenir les parents d'enfants atteints de TDAH, l'autre étant CHADD Toronto. Quelques autres groupes de soutien étaient dispersés à travers le Canada, mais il y avait très peu de réseautage.

Congrès mondial du TDAH le 23 avril 2017 en Colombie-Britannique. CADDAC a animé pour eux un atelier d'une journée entière intitulé ADHD World Congress Family Day et a tenu un stand.


Croissance du groupe de soutien aux parents atteints du TDAH

En plus des réunions de soutien mensuelles, en 2001, l'ADRN a commencé à organiser des sessions éducatives en soirée pour les parents en partenariat avec le Dr Atilla Turgay et la clinique du TDAH de l'hôpital de Scarborough en Ontario. Nous avons même organisé le premier atelier éducatif d'une journée entière sur le TDAH pour les éducateurs en Ontario. L'ADRN est devenu une source de soutien pour les familles touchées par le TDAH ainsi qu'une source précieuse d'éducation sur le TDAH.

Puis, en 2003, CHADD, qui était devenu ADD Ontario (ADDO) et un organisme de bienfaisance, est venu me parler. Ils étaient en train de se dissoudre, laissant l'ADRN comme seul groupe de soutien en Ontario. Ils m'ont demandé si je voulais prendre leur place et être la voix des parents lors d'une téléconférence sur le TDAH en Ontario. Au cours de cette conférence, je me suis sentie personnellement interpellée lorsqu'on m'a demandé pourquoi il n'existait pas d'organisation nationale pour le TDAH au Canada. À l'époque, il n'existait aucun groupe à l'échelle nationale qui exprimait la voix des personnes et des familles touchées par le TDAH, qui mettait en réseau les petits groupes de soutien, qui faisait du travail de sensibilisation au TDAH ou qui plaidait auprès des gouvernements pour des ressources liées au TDAH.

Réception du lieutenant-gouverneur de l'Ontario pour la CADDAC en 2008

Relever le défi.

À ce moment-là, j'avais réalisé que je n'étais pas quelqu'un qui était enclin à accepter le statu quo, et ce qui s'est passé ensuite semblait être la prochaine étape logique. J'ai organisé une rencontre avec un petit groupe de personnes partageant les mêmes idées afin d'entamer le processus de création d'une organisation nationale pour le TDAH. CADDAC, le Conseil canadien pour la défense du TDAH, a été créé. Nous avons par la suite changé le nom pour celui de Le Centre de sensibilisation au TDAH du Canada.

Au cours des deux années suivantes, j'ai eu la chance de devenir d'abord le coordonnateur de la recherche du Dr Umesh Jain, puis le directeur exécutif de CADDRA, la Coalition canadienne des ressources sur le TDAH, qui était à l'époque un organisme indépendant sans but lucratif regroupant des médecins spécialistes du TDAH. Leur soutien dans ma vie professionnelle m'a permis de poursuivre mon travail bénévole en créant CADDAC. Cette expérience m'a donné accès à des cliniciens et à des chercheurs de premier plan dans le domaine du TDAH au Canada et à l'étranger, ainsi qu'aux dernières recherches sur le TDAH. Une opportunité dont je serai toujours reconnaissant.


2008, la première soirée de collecte de fonds de CADDAC, Comedy Night, avec Rick Green et ses collègues.


Chronologie de CADDAC

Le premier site web a été développé en 2005, peu après l'organisation de CADDAC.

À l'automne 2006, CADDAC a été constituée en tant qu'organisation nationale à but non lucratif.

En 2008, nous avons commencé à correspondre avec les ministères de l'éducation pour demander la reconnaissance du TDAH dans les catégories d'exception. De plus, un atelier d'une journée sur le thème "Le TDAH dans notre société" a été organisé.

En 2009, la première conférence nationale de CADDAC a eu lieu et est devenue un événement annuel.

Un nouveau site Web complet a été lancé en 2009.

Le " Bulletin provincial 2010 : TDAH dans le system éducatif " a été publié, suivi des deux premiers documents de politique de CADDAC. Ces documents ont été envoyés aux médias et aux gouvernements provinciaux. Les réunions avec les ministères provinciaux ont commencé.

CADDAC a lancé la semaine canadienne de sensibilisation au TDAH en 2011.

En décembre 2012, j'ai quitté mon poste chez CADDRA et directeur national de CADDAC pour devenir directeur exécutif et président de CADDAC.

En 2013, nous avons développé un autre site web se concentrant exclusivement sur la sensibilisation et la défense du TDAH.

En 2014, le mois de la sensibilisation au TDAH a commencé, permettant une plus grande couverture médiatique et des événements.

En 2014, le mois de la sensibilisation au TDAH a commencé, permettant une plus grande couverture médiatique et des événements.

Pendant le mois de sensibilisation à l'automne 2018, CADDAC a lancé la campagne TDAH on en Parle qui se poursuit aujourd'hui.

Au cours de l'automne 2019, CADDAC a lancé notre série de vidéos animées en trois parties pour les enfants ainsi que d'autres vidéos de sensibilisation et, au mois de février suivant, nous avons lancé notre série de vidéos éducatives en cinq parties pour les adolescents.
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram